Alimentation canine

Il existe une très large variété de croquettes et il est parfois difficile de s’y retrouver.

Une mauvaise alimentation favorise l’obésité, les troubles digestifs et les réactions cutanées, en plus de perturber la croissance des chiots, et de diminuer les résistances de l’organisme face aux infections.

C’est pourquoi il faut porter une attention toute particulière à l’alimentation de votre chien et ne pas négliger la qualité de chaque aliment qui composent les croquettes de votre compagnon à 4 pattes. C’est primordial pour sa bonne santé.

Quelques précautions d’usage

  • Avant d’aller plus loin, tenons pour acquis que ce qui est valable pour le chien, ne l’est pas pour d’autres animaux comme le chat !
  • Il faut faire la différence entre la recette de fabrication de l’alimentation de nos chiens, qui n’est qu’une liste d’ingrédients, et la composition analytique du produit fini. Par exemple, une recette contenant 60 % de viande ne veut pas dire que la croquette contient 60 % de protéines animales. En effet, une viande fraîche contient 75 % d’eau, ce qui veut dire que l’aliment fait à base de 60 % de viande fraîche va seulement contenir environ 15 % de protéines animales après transformation et à l’inverse une recette incorporant à la base 20 % d’une source de glucides peut donner des croquettes qui en contiennent plus de 50 % après cuisson (l’eau s’évapore mais les sucres se concentrent) ! Lisez les compositions analytiques finales des produits, et ne vous laissez pas séduire par le marketing mis en avant !
  • Les normes de qualité françaises pour l’alimentation animale sont plus strictes que dans les autres pays, ainsi une viande qui provient de France sera très bien tracée, suivie, contrôlée, et garantie non avariée, ce qui n’est pas forcément le cas d’une viande transformée dans une usine d’un pays d’Europe de l’Est ou du continent Américain puis importée…
  • Ce que l’industrie nomme sous-produits d’animaux sont les déchets des abattoirs : carcasses, sabots, pattes, tendons, mamelles, becs, crêtes, plumes ! Nos animaux ne sont pas des poubelles à déchets de l’industrie ! Privilégiez toujours des aliments propres à la consommation humaine pour vos animaux, en gardant en tête que le régime alimentaire d’un chien n’est pas celui d’un humain.

Quels sont les besoins alimentaires d’un chien ?

Le chien est un carnivore opportuniste, de ce fait, son besoin principal provient d’une source carnée pour avoir des protéines animales, mais il peut aussi digérer d’autres éléments ! Il faudra donc vérifier que l’ingrédient majeur de son alimentation, cité en premier dans la recette sur les paquets, soit une source de protéine animale (typiquement de la viande) et qu’il n’y a pas d’ingrédient inutile ou risqué pour la santé et la digestion de votre animal.

Les céréales sont-elles dangereuses pour mon chien?

Nous venons de le dire, mais le chien n’a pas besoin de céréale, il a besoin de viande. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas digérer les céréales et en retirer des éléments nutritifs, cela signifie juste que la source principale de son alimentation doit être carnée (viande et graisse animale), et si possible plus proche de ce qu’il chasserait naturellement, donc issus de petits animaux (volailles, canards, poissons), plutôt que de gros mammifères (bœuf, porc, agneau) moins digeste.

Ensuite, il faut savoir que l’amidon est nécessaire pour la fabrication des croquettes : pas d’amidon = pas de croquette ; et c’est un trop gros apport d’amidon qui peut entraîner des problèmes de digestion au chien. Hors, vous le voyez venir, la principale source d’amidon est la céréale… Chez le chien la digestion des aliments se fait grâce à la sécrétion d’enzymes, et les chiens sécrètent naturellement de l’amylase, une enzyme qui permet justement la digestion de l’amidon et des céréales, ce n’est donc pas un problème de les digérer en faible quantité. En plus les céréales ne sont pas dénuées d’apports nutritifs et sont source de fibres qui participent au bon transit du chien.

Dans les croquettes pour chiens sans céréale (plus coûteuse), celles-ci sont juste remplacées par une autre source d’amidon végétal comme les tubercules (panais, patate douce, ou même de la pomme de terre alors que la solanine, un alcaloïde de la pomme de terre est très dangereux pour les chiens !), et contiennent parfois plus d’amidon que des croquettes avec céréales ! Hors, en trop grande quantité, c’est l’amidon qui va provoquer des troubles digestifs, des ballonnements, des gaz, etc. Les croquettes sans céréales ne résolvent donc pas du tout ces problèmes… Tout comme une alimentation trop riche en glucides peut provoquer des maladies chroniques tel que le diabète, sans que le sucre ne soit déconseillé à la consommation pour autant.

Retenez qu’un chien a besoin de viande et peut digérer des céréales, tout est question de proportion… et de qualité !

La qualité avant tout !

La qualité de CHAQUE aliment est importante. Remplacer les céréales par des sous-produits végétaux n’est pas un gage de qualité, loin de là, tout comme remplacer la viande par des sous-produits animaux ! Souvent, les croquettes industrielles contiennent des céréales de qualité médiocre pour abaisser les coûts de fabrication et augmenter les marges des industriels (son de blé à la place de blé tendre, coques d’arachides ou tourteaux de colza, etc) donc effectivement, moins il y en a, mieux c’est. Par contre, s’il y a des céréales de qualité en quantité raisonnable, il n’y a aucune contre-indication pour un chien à en consommer.

Il n’y a pas de danger dans les céréales en elles-même (et les substituts aux céréales ne sont pas meilleurs, nous l’avons vu), mais il y a un risque à cause des mycotoxines qu’elles peuvent transporter dans certaines conditions.

Les mycotoxines sont des substances naturellement produites par certains champignons microscopiques (ou « moisissures ») qui se développent sur des denrées d’origine végétale comme les céréales, mais aussi sur les fruits, les amandes, ou encore les noix (ne laissez jamais jouer votre chien avec des noix pourries au pied de l’arbre!).

Ces moisissures se développent lors de la phase de stockage et de transport des grains, et la production des mycotoxines est favorisée par un environnement humide et des températures élevées. Les risques sont plus importants si les grains sont endommagés ou si les céréales ne sont pas suffisamment sèches lorsqu’elles sont entreposées et transportées.

En général, les moisissures ne se développent pas sur des aliments convenablement séchés et conservés, qui ne subissent pas de longs transports, et le problème des croquettes de la grande industrie vient de là : les croquettes utilisées sont des résidus de l’industrie agro-alimentaire pour l’homme, elles sont cultivées à l’autre bout du monde et sont importées dans des conteneurs via bateaux dont les fonds de cales sont destinés aux animaux, bref, elles ne sont pas de bonne qualité et sont stockées/transportées dans des milieux favorisant la multiplication des mycotoxines dangereuses pour nos chiens (troubles digestifs, diarrhées, jusqu’au pronostic vital engagé ! ). Pour écarter ce risque, choisissez un fabriquant qui contrôle l’absence de mycotoxine dans ses produits finis et dont l’élaboration se fait sous contrôle vétérinaire (ce qui n’est pas une obligation légale).

Il faut toujours privilégier une alimentation dont chaque composant est « noble », de bonne qualité, et qui subit le moins de transport possible, plutôt que de tomber dans la mode du moment. Et vous devez vous-même stocker convenablement les aliments de vos animaux pour les mêmes raisons.

Et les fruits et légumes dans tout ça ?

La mode du sans céréale a laisser la place à l’arrivé des fruits et légumes dans la gamelle de nos compagnons poilus. Malheureusement les fruits et les légumes sont irritants pour le système digestif du chien, qui ne peut pas les assimiler correctement. En effet les fruits et les légumes sont les aliments qui nécessitent le plus de temps pour être digérés, et le chien est le mammifère qui a l’intestin grêle et le colon les plus courts. En plus les fruits et légumes sont digérés par les omnivores grâce à des micro-organismes (et non grâce à des enzymes) beaucoup moins présents chez le chien. Notez que les pépins de raisin, de pomme ou de poire sont carrément nocifs pour les chiens ! Ces aliments sont donc à éviter et peuvent provoquer des vomissements, des diarrhées, des gastrites ou des colites, voir des pancréatites !

Et si mon chien est allergique au gluten ?

Deux races sont essentiellement intolérantes au gluten, le Setter irlandais et le Border terrier. Cette allergie, essentiellement minoritaire, peut apparaître chez certains chiens, et se manifeste par des réactions cutanées importante sur tout le corps. Il vous faudra consulter un vétérinaire pour poser le diagnostic, et dans ce cas une alimentation à base de céréale est tout à fait déconseillée. Seul le riz est une céréale sans gluten (et plus facile à digérer que les autres), il faudra donc, dans ce cas, privilégier une alimentation à base de viande et de riz ou sans céréale (mais sans fruit, ni légume).

Y a-t-il de la cendre dans les croquettes ?

Vous verrez toujours dans la composition analytique des croquettes de vos animaux un taux de cendres brutes être mentionné. Pas de panique, comme vous ne lisez pas la recette mais bien la composition nutritionnelle, il ne s’agit bien sûr pas de cendres qui serait incorporées dans l’alimentation mais d’une donnée informative sur le taux résiduel de l’aliment après l’avoir chauffé à près de 550°C. En gros, cela représente les minéraux, oligo-éléments et sels minéraux (dont votre chien a effectivement besoin en quantité adaptée). Le surplus de ces éléments étant éliminés par les reins de votre animal, un taux de cendre trop élevé (>12%) reflète une trop grande présence de minéraux dans l’aliment, ce qui risque d’entraîner des troubles urinaires et rénaux, la formation de calculs, jusqu’à l’insuffisance rénale ! Alors qu’un apport trop faible entraînera des carences, fatigue, perte de poids… Pour information la viande seule ne contient pas de minéraux et quasi pas de calcium (indispensable à la croissance des chiots) par exemple ; une autre source doit donc apporter ces élément nutritionnels dans l’alimentation du chien (comme une céréale par exemple).

Et mon porte-feuille dans tout ça ?

Oui , les croquettes de qualité sont souvent plus chères, mais elles sont surtout composées d’aliments nobles, de meilleure qualité, plus rassasiantes et mieux digérés. En revanche, si vous avez un vendeur local qui n’importe pas ses croquettes depuis un autre pays, les prix peuvent s’équilibrer grâce aux différences entre les coûts de transport qui sont répercutés sur le prix d’achat, et vous participerez à l’économie locale de votre région. Il vaut mieux payer la qualité locale que le transport !

En plus, des croquettes de qualité préserveront votre animal des risques sanitaires, et des dangers pour sa santé, contrairement à des aliments bas de gamme et à bas prix ; vous ferez ainsi des économies en matière de soins vétérinaires en évitant les répercussions de vos économies immédiates sur le long terme et la santé de vos animaux. Ce n’est pas négligeable !

Enfin, il faut aussi ne pas perdre de vue que :

  • Les quantités recommandées pour une nourriture de qualité sont inférieures à celles des aliments bon marché. Ainsi votre animal consommera beaucoup moins en volume pour combler sa faim et répondre à ses besoins nutritionnels.
  • Les selles seront aussi moins fréquentes et moins volumineuses avec un aliment d’excellente qualité car votre chien le digèrera mieux. C’est aussi à prendre en compte, surtout si vous promenez votre chien en ville.

Pour choisir économiquement entre deux aliments, comparez les prix pour 1kilo de croquettes (après s’être assuré des compositions et des provenances bien sûr, vous allez vite fuir les croquettes de supermarchés à moins d’1€ le Kg de vous-même), puis calculez les quantités mensuelles que vous donneriez à votre compagnon en fonction des recommandations. Vous vous apercevrez qu’au final, les aliments très qualitatifs ne reviennent pas beaucoup plus cher, tout en étant beaucoup plus sains.

Un animal correctement nourri est toujours en meilleure santé, pensez-y !

Si vous souhaitez changer de marque de croquettes pour votre chien, ne faites pas la transition du jour au lendemain et allez voir notre article qui vous explique comment bien faire : Bien faire la transition de croquettes


Un mot sur le BARF

Enfin, il faut aussi souligner qu’une alimentation sans croquette et autres pâtées est tout à fait possible. C’est d’ailleurs l’idée prônée par le mouvement BARF (Biologically Appropriated Raw Food) qui rejette l’alimentation industrielle, lui préférant une alimentation plus « naturelle ». Ce régime est principalement composé de viande crue ou d’abats, d’os charnus et de poissons (mais pas exclusivement) et bannis les féculents et les produits transformés. Attention si vous élaborez ces régimes vous-même pour vos animaux à ne pas négliger l’équilibre alimentaire et les apports énergétiques nécessaires, avec des alimentations beaucoup trop grasse, trop riches en protéines, ou carencées en vitamines et en oligo-éléments, vous ne ferez pas de bien à vos animaux ! C’est typiquement le cas en achetant systématiquement la même viande congelée et en se contentant de la donner ainsi à vos animaux… En bref, le BARF ce n’est pas donner de la viande crue à votre chien, c’est un vrai régime à composer !

En plus il vous faudra aussi contrôler le risque sanitaire de prolifération de bactéries (attention aux salmonelles!) ou de parasites avec les viandes crues (congelées ou pas), mais rien n’est insurmontable.